Notes

2/01/2016

Bâton de traits
trait après trait
bien droit
face aux traits
traits de la vie
bringuebalés
d’un trait
à l’autre

***
Bâton
solitude
désert
planté dans un cœur
oasis


 

24/11/2015

Les traits
c’est la vie
avec ses risques
ses doutes
ses erreurs

mais aussi
la vie avec la vie
l’énergie qui va
sans arrêt
jamais

la vie qui embrasse
la vie libre
non empêchée
par les petites morts
quotidiennes


 9/09/2015

La définition
enferme
rassure
elle désarme
ce qui pourrait
ébranler

violence plus violent
que le coup brutal

ainsi les traits
quand ils sont dits
« minimalistes »
sont parqués dans une boite d’allumettes
et enfouis dans une poche

ils continuent bien sûr
à se tracer dedans
jusqu’à déchirer
le pauvre tissu

***
L’ennui collant
poisseux
l’ennui
ennemi de la vie
ennui que l’on fuit

les traits
le traversent
par défi

en guise de réponse
l’ennui diffuse
une angoisse
qui ronge
et menace
la vie de l’âme
écrasée par l’ennui

les traits
continuent
malgré tout
pas à pas
jusqu’à couvrir l’espace
d’où l’ennui
s’enfuit


 8/09/2015

Peut-être te donneront-ils
à toi qui les regardes
face à face
un peu de cette vie
cette force nourrissante

peut-être vont-ils
te cueillir
au fond de ta solitude
pour te remonter
à l’air libre

devant les traits
ton visage s’éclaire
et projette sur le mien
sa lumière


 4/09/2015

Offrir
une page blanche
au monde
un temps de pause
où découvrir une autre voie
s’ouvrir à une nouvelle influence

les cahiers – carnets – tableaux – bâtons…
tous les travaux
cette page blanche
sans cesse déroulée

***
Les choses justes ne se cherchent pas, elles jaillissent du fond.
Le travail ne vient qu’après.
Tailler, équilibrer, préciser.
C’est leur liberté, donc leur vérité, de ne pas être nées d’une cogitation mentale.
Ce qui est voulu, maîtrisé, n’a que peu de valeur.
Ainsi les seuls mots qui donnent du sens sont ceux surgis d’une nécessité intérieure.
Et les traits précieux quand ils se tracent seuls.


 3/09/2015

Les traits
ne laissent rien
à quoi s’accrocher

une esthétique ?
elle est bien trop austère

une philosophie ?
elle tourne en rond

une distraction ?
elle est bien ennuyeuse

une prière ?
encore faut-il qu’elle soit libre
gratuite et intense
pour s’accrocher
à ce qui la dépasse

***
Comme si

comme si le monde risquait de basculer
comme si la flamme de la vie
lentement s’éteignait
étouffée par trop de noir autour
la lumière ne résisterait plus

comme si les seules forces
capables de la réanimer
sortaient des cœurs assoiffés de vie
comme s’ils étaient les derniers remparts
contre l’ensevelissement

et comme si les traits étaient
les étais de ce barrage
renouvelés à chaque instant


  2/09/2015

Auteur d’un seul trait
un seul mot
refus de la dilution
du déversement
en quête d’une intensité
à contenir le monde
dans un seul trait
un seul mot


 28/06/2015

Toujours les mêmes mots
apparemment
les mêmes traits
apparemment
à épuiser
tous lecteurs
tous regardeurs
éventuels

c’est pourtant essentiel
de travailler encore
et encore
la même terre


23/06/2015

Pas plus facile aujourd’hui qu’hier. Au contraire une usure du temps et leur longue répétition accentuent la difficulté pour tracer les traits.
Cette difficulté ne justifie aucunement un éventuel abandon. Au contraire, elle peut être le signe d’une approche du cœur du voyage.

***
Tant que tu attends quelque chose des traits, ce n’est pas encore ça.
Mais ce n’est pas grave, cette attente fait partie du chemin vers autre chose. Donc toute attente déçue, toute lassitude qui en découle ne sont pas la fin mais les péripéties du voyage.


 18/06/2015

« Toute affirmation de la souveraineté est risible, mais le rire qu’elle suscite plaide en sa faveur, libère l’esprit de la sujétion au sérieux, peut-être même, suprême ironie, lui permet d’accéder comme en se jouant à ce qui était la cible. » Louis-René des Forêts

Le désir fou et légitime
des traits
à se vouloir souverains
et croiser à chaque trait
la possibilité du non-sens
de l’inutile
avec le risque
par réaction à ces menaces
de se planter
dans un sérieux mortel
au lieu de choisir
le détachement
la légèreté
mais aussi
l’obstination
seules réponses
à ce qui assaille

***
Le pari des traits c’est de croire que c’est dans cet  ici et maintenant  où tout se joue.
C’est là où tout peut se transmuer en une vie neuve, dégagée des limitations de notre propre histoire.


31/05/2015

Déconnecté
de moi
pour aller
vers toi
murmure
le peintre des traits

ce que tu vois
de nous
est le côté face
il y a l’autre
aussi
que tu pressens
répondent les traits

***
par-delà toi
les traits
dans un autre lieu
autre temps


25/05/2015

Vous êtes bien exigeants
chers traits
à me vouloir lâcher
doute peur  avidité
excitation et dépression
jusqu’à même
toute exigence
ne craignez-vous pas en retour
que je finisse par vous oublier
vous-mêmes

il y a un point en toi
me répondez-vous
profondément ancré
et emporté
à une vitesse vertigineuse
où les questions ne sont plus
une fois stabilisé
sur ce point

***
Toutes ces journées
remplies
de contraintes
d’obligations
qui prouvent
l’importance
de notre temps

les traits eux
se tracent
dans un temps
sans trace
ni sentiment
d’efficacité
ce temps hors temps
résonne loin
si loin
en soi


 24/05/2015

Plus jeune tu regardais avec admiration les artistes guidés et nourris par leur œuvre, et d’une façon générale tous ceux qui suivaient leur ligne intérieure.
Tu as appris depuis que si cette condition est hautement enviable, elle est comme toute chose de valeur dans ce monde, difficile à obtenir et réclame un prix fort.
Tu paieras donc aux traits le prix demandé.


 19/05/2015

Traits liaison
d’un monde à l’autre


18/05/2015

Les traits
un face à face
avec le vide
le dérisoire
la solitude

ils me retournent
un sourire
amical


19/03/2015

Rien à faire d’autre
à dire d’autre
ainsi se trace les traits
arrivés au bout
de l’envie
de la frustration
de l’échec
pour se retrouver
dans un face à face
avec eux-mêmes
une respiration vitale
avec pour seule exigence
d’être


17/03/2015

Pouvoir se dire quand tu crois que tout autour de toi s’écroule, alors que tu doutes de tout, que la moindre des choses est douloureuse, qu’une pesante solitude est vécue, que tu te sens si fragile qu’un souffle un peu fort te ferait tomber, pouvoir se dire que pendant ces temps difficiles les traits se sont tracés, se tracent.

***
Les traits ne sont pas que les traits mais le signe extérieur de quelque chose de plus grand qu’eux. Pour incarner ce signe là, ils doivent traverser toutes les difficultés que tu as en toi. Non par masochisme ou goût de la mortification mais pour percer ce qui entrave.


13/03/2015

Des traits sans pourquoi
libres de tout

les raisons limitent
les explications appauvrissent
les justifications affaiblissent

Ainsi les traits
sont ce qu’ils sont
sans raison


10/03/2015

Sans magie
pas de vie
pour qu’elle soit
foi et intention
et le cœur poète
ainsi tout peut être
à l’image
que nous rêvons


5/03/2015

Pas de manque
ni envie d’être ailleurs

pas d’impatience
ni de quête

pas de musique assommante
seuls les bruits autour

là entièrement
c’est le moment du trait


3/03/15

Le pouvoir
des bâtons de traits
à détourner
les mauvais sorts

bâtons paratonnerre
contre les foudres
du ciel
de la terre
et du cœur

bâtons bien droits
sous les averses
et les malheurs


25/02/2015

Au moment du trait
le peintre est ici
et ailleurs
partout à la fois

Ainsi les traits se tracent
sur leur support
mais aussi
ailleurs
en même temps


22/02/2015

Culpabilité
ou contentement
avers et envers
d’une médaille
à sa propre effigie

les traits
libres
de toute image
d’eux-mêmes
nous reposent


31/01/2015

Dans ces vies agitées
une profusion d’activités
de choses
une torpeur
léthargie des sens
du sens
plus de saveur
perte du goût
dégoût
à l’inverse
du désert
intérieur
où chaque petit mouvement
est capté
et vécu


30/01/2015

Par la multiplicité
l’un est découvert
par la laideur
la beauté est reconnue
par la haine
l’amour est goûté
par la litanie des traits
du sens à la vie
est ajouté


9/01/2015

Jour de pinceau
lourd
chaque trait
pèse sa tonne
de traits

il avance
tel un vieillard
fatigué
désabusé
un aquaboniste triste

en arrière
pourtant
apparaît
un œil
en soutien


5/01/2015

Litanie des traits
litanie des mots
concentration
contraction
intensité

***
Les traits
sans passion
sans question
pour ancrer
dans la matière
quotidienne
un appel
à la vie


3/01/2015

Un des critères d’une vraie expérience, me semble-t-il, c’est de se poursuivre alors même qu’elle n’offre aucune excitation ni évasion du moment présent.
Ce besoin d’évasion si encouragé et facilité dans notre monde actuel est peut être le signe que les vraies découvertes ne se font qu’en habitant cet instant présent,  ce quotidien même qui nous est si pesant.


1/01/2015

Au jour
d’un cœur lourd
de toute la peine du monde
être traversé
par les traits
et retrouver légèreté
liberté d’être

***
Les traits
malgré l’état intérieur du peintre
exalté
ou délabré
continuent leur litanie
libres de tout


22/12/2014

Pas de progrès
pour les traits
mais une continuité
qui leur permet
d’être


19/12/2014

Les traits ne dépendent de rien.
ils sont par eux-mêmes sans interaction avec l’extérieur.
Comme l’amour qui aime parce qu’il aime.
Sans raison.

***
Pour qu’une chose vive, la plus petite soit-elle, elle demande l’exclusivité absolue.
Ainsi les traits existent lorsqu’ils sont sur le devant de la scène.


15/12/2014

Une musique ne peut être répétée sans lasser, tout comme une image.
Ainsi les traits qui ne sont ni musique, ni image, s’étirent à l’infini sans se répéter.

***
Les traits
un toucher d’infini
qu’ils soient peints
dans un loft
ou un réduit

***
Créer non pas un espace infini (qui le pourrait ?) mais un trait qui porte en lui le goût de l’infini.
Et c’est la plongée dans ce trait  déroulant un espace devant nos yeux qui permet l’expérience.

***
L’expérience de l’infini est liée à l’instant présent, c’est le  ici et maintenant  qui la permet.
L’infini, une succession de présents qui les réunit tous en un point (les traits : ce point qui essaie de se dévoiler).
L’infini n’a plus de temps, d’espace ni de qualité.

***
Si l’infini est perçu jusque dans un cachot, il nous suivra partout.

***
Ce qui dépend de condition n’est pas absolu.
Et c’est d’absolu dont nous avons besoin pour vivre.


10/12/2014

Au cœur de la noirceur
pénètrent les traits


22/11/2014

Peindre les traits
avec tout le cœur possible
en chassant toute peur
toute noirceur
et comme des émissaires
les laisser aller
trouver ceux
qu’ils doivent toucher


10/11/2014

Les traits
ne consolent
ni ne consolident
ils ne protègent de rien
pas plus de la vie
que de soi-même

Ils sont
quand plus rien
ne peut nourrir
quand tout blesse
et qu’il ne reste
qu’eux

***
Il faut vraiment
que tout tombe
en soi
sans s’écrouler
soi-même
pour que les traits
soient

***
Les traits
ne sont pas là
pour magnifier
sublimer
ils ne sont pas
le résultat d’une quête
d’une ascèse

Ils sont
quand tout ceci
s’écroule
dévoilant un espace vierge
de représentation

***
Les traits
ne peuvent pas nourrir
l’être avide
à combler son vide
en dévorant
tout ce qu’il trouve

***
Les traits
ce qui reste
quand il n’y a plus rien
dans ce reste
le nectar


9/11/2014

Peu de mots
d’histoires
d’images

L’essence seule
sur une pointe
d’infini

***
A vouloir l’essence
l’assèchement guette
à chaque coin de route

Découverte
elle dévoile
tous les possibles
en devenir


6/11/2014

Confronté à devoir faire
sans personne à qui plaire
un moteur intérieur
sans recours extérieur

longs moments de doutes
de fatigues
pour quelques instants
intenses
et sacrés

***
Les jours où je suis
en dessous de tout
pas à la hauteur de ma vision
dénué de toute volonté
avec des jours comme des nuits
sans lumière pour s’élever

c’est là
tout au fond
dans une négation de tout
que se tient
cette immobilité lumineuse
comme un éclair
elle s’élance
et dessine
le fil de lumière


25/10/2014

Goût d’infini
seul besoin
un feu à l’intérieur

vivre
autre chose
que toutes ces choses
même les meilleurs à vivre

formes finies
idées limitées
grands idéaux
pour fuir dans les hauteurs

C’est ici

dans ce quotidien
plus ou moins morose
où tracer les traits
à l’infini

fugitives petites touches
d’autre chose
alors

***
Quelque chose au centre
une chaleur au cœur
un je ne sais quoi
qui ne faiblit pas

les cœurs de glace
autour
peuvent vouloir l’éteindre
rien ne semble pouvoir atteindre
ce feu au cœur
qui grandit encore


22/10/2014

Traits
ma vie
en quelques traits
quelques mots

sillon d’un passage


21/10/2014

Traits
en route
sans projet
sans but
ni destination
pour y être déjà

***
Les traits ont adopté une convention : 7 traits verticaux – 7 traits horizontaux.
Elle n’est pas gratuite elle a sa raison d’être mais l’essentiel est qu’une convention offre la liberté de passer à autre chose que l’inutile recherche de combinaisons nouvelles. Cette recherche ne sert le plus souvent qu’à sortir de l’ennui pour se distraire de ce quotidien si important ici. C’est ainsi que lorsqu’à l’extérieur défilent les blocs de traits 7×7 x7 … le trait lui, est là.

***
Le cœur bat
et son martèlement
permet la vie

La beauté du cœur
n’ est pas dans l’organe
mais dans la conséquence
de son battement

Ainsi les traits sont
par leur déroulement


25/09/2014

Plantés dehors
les bâtons de traits se confrontent
aux forces de la nature

et la fragilité révélée
jour après jour
par leur effacement
témoigne
de leur réalité

***
Ce qui est usé
a vécu

***
L’ extrême fragilité des traits est étrangement leur plus grande force.

***
Seul les traits
les traits seuls
vers le Seul


22/09/2014

Traits
plénitude
présence


21/09/2014

Le personnage du rêve
efface celui de veille

les deux paraissent
tout aussi vrais
sur le devant de la scène

l’un annule l’autre
simultanément
présence commune
impossible

c’est ainsi que le peintre des traits
derrière l’état
de veille   de rêve
garde pour lui
le secret de sa présence


20/09/2014

Le peintre des traits
sans en attendre la permission
et contre vents et marées
trace les traits


13/09/2014

Une pointe de conscience
en équilibre
sur une tête
d’aiguille

là se tient
le peintre des traits

***
La mort
dans une furie inégalée
jette toutes ses forces
contre la vie

ce n’est pas la mort
de l’après-vie
qui est une autre vie
mais la mort dans la vie

elle cherche à tuer en chacun
tous désirs de beauté
de chaleur
de profondeur
elle massacre
tout besoin d’unité
d’amour

face à ce danger imminent
le peintre des traits
seul avec tous
tel le chevalier servant
plein d’ardeur
et sans faux semblant
assène contre la mort
les coups répétés
de ses traits


12/09/2014

Les mille et une questions
les doutes
les inquiétudes
et le peintre des traits
passe au-travers

***
Le peintre des traits
ne se fait aucune violence
ne cherche pas à être
ci ou ça
à être ici ou là
ne juge pas
ce qu’il fait
ce qu’il est

en paix
se trace les traits
il est


31/08/2014

Malgré tout
les traits continuent
non pas comme une négation
de ce qui blesse
mais comme une affirmation
d’un au-delà de la blessure

***
Les traits nécessitent une grande concentration.
Lorsque celle-ci faiblit, la porte est ouverte à un tas de vieilles choses qui sont un frein.
De vraies pompes à énergie qu’il convient de repousser.


26/08/2014

Ne pas se laisser égarer
par la tristesse
et l’euphorie
la hardiesse
ou l’acédie
passer au-travers
des souvenirs pesants
des échecs cuisants
et tracer
tranquille
la lente litanie
des traits

***
Le flux et reflux
des traits
met à jour
une boue épaisse
collante
que le flux et reflux
des traits
nettoie


23/08/2014

Bâtons de traits
plantés en terre

antennes relais
d’ondes
magiques

***
Bâtons de traits
baguettes magiques

***
Montée en fréquence
de la Renardière
par les antennes de traits
plantées en elle


20/08/14

Les traits
ce presque rien
qui continue
pour être

***
Lien intime
avec les traits
par notre recherche commune
d’être

***
La pire souffrance
ne pas être
et pour les traits
ne pas avoir de sens

***
Les traits ne peuvent être faciles avec les attaques qu’ils subissent. La plus cruelle : celle qui leur fait croire qu’ils sont inutiles, néfastes même, loin de la vraie vie. C’est tous les jours qu’il faut réarmer la force de volonté pour les tracer encore.

***
Plus les traits sont simples, répétitifs, ennuyeux même pourquoi pas, et plus la vie qu’ils réussiront à faire émerger aura de la valeur. Tout se passe à la frontière de la vie et de la mort. Pour être les traits doivent longer cette frontière. Par-delà la vie – la mort.


9/08/2014

Les traits toujours
te remettent face à toi
ton vide
ton manque
ta peur
ton rien
mais aussi
face à ton espoir
ta force
ta foi
ton courage

non pas dans une lutte
d’un camp contre l’autre
mais dans une alternance
qui englobe
et transforme le tout

***

6/08/2014

Viendra
cette intensité
quand les traits
continueront
seuls
à ancrer dans la terre
un oui à la vie

***
Pour cette intensité
une vie offerte
solitaire
qui touche en son fond
ce besoin
d’où jaillit la source

***
Une force discrète
paisible
qui déroule
la quotidienne
répétition des traits


5/08/2014

Du particulier
au général

Du détail
à l’ensemble

Et du trait
aux traits

***
Les traits
racines plantées
au cœur

pour être
au monde


4/08/2014

Les traits

besoin de vie
contre la mort
tout autour

***
Quand les traits
se définissent
ils s’arrêtent

S’ils deviennent
ci ou ça
l’histoire est finie

Ils ne sont ni chemin
ni expérience
ni quête

C’est pourquoi
ils sont aussi tout ça
à la fois


2/08/2014

Pas d’esthétisme
mais une action
sur ce qui stagne
et cette impression
d’impuissance
sur un fond de boue

***
En face d’eux
de puissantes forces
obligent les traits
à un martèlement
incessant


29/07/2014

Les traits
arme de combat
martèlent au quotidien
un oui
dans la profonde négation
du fond

***
Dans la plus grande faiblesse
jaillit en soi
ce besoin de vie
qui pousse en avant
pour dégager ce qui entrave

***
Urgence
de tenir les traits
à leur plus haute exigence

le reste suivra
comme cela doit

***
Au milieu de toutes les épreuves
les traits continuent leur route
aussi empruntent-ils
la voie des profondeurs
sous la furie des vagues


26/07/2014

Là où sont les traits
là est le cœur
un cœur régulier
rythmant la vie

***
La peur recroqueville
coupe le courant
faisant naître
une hostilité
à tout

les traits
la reconnaissent
et continuent
leur chemin

***
Les traits se tracent
de quel côté
cela se passe
la vie
la mort
ailleurs
comment savoir

les traits se tracent


25/07/2014

Les traits
ont tout le temps
pour atteindre
leur but
qui avance
avec eux

***
Les jours
où tout pèse
tout peine
où les traits
sont à peine


26/06/2014

Le trait
hors du temps
silence qui contient tout
action

***
Un point immobile
dans une vitesse vertigineuse

***
Date
porte d’entrée
d’un espace
hors date

***
Les choses déclinées, transformées, enrichies, s’inscrivent dans le temps.
C’est pourquoi les traits passent la porte d’entrée d’une date pour s’étendre sur un seul point.


25/06/2014

Avoir infiniment de respect pour son propre chemin. Ne pas se permettre de rabaisser ce qui est découvert, de mépriser ses balbutiements.
A part cela, être le plus léger possible dans la vie, avec soi et avec les autres.


17/06/2014

Les traits ne visent pas la hauteur d’un idéal. Ils veulent être et cheminer sans fin.
Une hauteur s’atteint pour redescendre ensuite. Les traits eux, sont en route avec comme seule exigence d’être toujours sur la route.

***
Les traits n’ont pas d’histoire à raconter
rien à justifier
il leur faut du silence et de la concentration pour être
trait après trait


16/06/2014

Le rouleau de traits en plus…
La page de traits en plus…
A quoi bon puisqu’ils sont tous si semblables les uns aux autres ?
C’est précisément cette apparente inutilité qui a du sens.
Ça se fait parce que ça se fait.
Cette continuité comme une respiration capte la vie, c’est elle qui nous met face à son mystère.


7/06/2014

Proximité entre finitude et infini, à croire qu’il faut entrer dans l’un pour rencontrer l’autre.

***
La faiblesse des traits dans leur finitude.
Leur force dans l’infini qu’ils suggèrent

***
L’immense se montre parfois en poussant une toute petite porte.


6/06/2014

Des feuilles de papier
devenues
espaces immenses
vierges
ouverts
sans obstacle

***
La répétition des traits sur une page
la répétition des pages dans un carnet
un espace immense
qui se déplie
se déploie


5/06/2014

Traits dynamo

leur traçage alimente
une petite lumière


25/05/2014

Les traits
une mise en pause
un retrait pour l’entretien
de cette petite flamme
menacée de toutes parts


20/05/2014

Les traits
ce presque rien
qui continue
pour être

***
Les traits sont comme toutes les choses qui cherchent la vie. Il leur faut des racines qui s’approfondissent au fil du temps, au fil des traits tracés.


18/05/2014

Traits
lien tiré
entre hier
aujourd’hui
et demain


12/05/2014

Les traits n’ont besoin ni d’atelier, ni de matériel sophistiqué.
Ils se tracent sous toutes les conditions qu’ils rencontrent.

***
C’ est en traversant mille situations plus pénibles les unes que les autres que les traits se révèlent.
Encore faut-il qu’ils continuent malgré tout ce qu’ils rencontrent.

***
Les traits sont « ma pratique », comme zazen est celle du moine zen, la méditation celle du yogi et la prière du chartreux. Mais aussi la course à pied du joggeur.


21/06/2013

Si la vie était plus douce
les traits seraient autres
c’ est l’âpreté du fond
qui impose aux traits
cette rigueur

***
Une œuvre soucieuse
d’identité
de singularité
goûtant la performance

tu souffles sur elle
apparaît le ciel


20/06/2013

Une page de traits
comme un chapelet
qui s’égrène

***
L’homme en prière, regarde-t-il la couleur de son chapelet?
Juge-t-il de l’épaisseur des grains?
Ou ne le laisse-t-il pas glisser entre ses doigts grain après grain dans un mouvement qui le fixe dans son être?

***
Loin de la démonstration
de la justification
le chapelet s’égrène
la page se remplit


19/06/2013

La force n’est pas nécessairement violente et tyrannique.
Elle peut être paisible sans vouloir dominer ni écraser mais être toujours confiante et sûre d’elle-même, au milieu même de la plus grande fragilité.


18/06/2013

La répétition des traits
pour être là
face aux risques de l’enfermement
de la répétition stérile
face à la question du sens
face aux doutes
à l’angoisse de l’inutile
de la non-vie
face à soi-même
avec l’ardent désir
de la rencontre

***
La grande positivité des traits
qui croient en la vie
et la vivent
au travers d’un quotidien
monotone

***
Les traits se concentrent
en un lieu
l’espace de la feuille de papier
du tableau

il n’est plus l’heure
de chercher ailleurs
être là
concentrés en une forme
un point
avec l’intensité de leur appel
pour action

***
Plus il y a de murs
d’empêchements
d’obstacles qui les défient
plus les traits prennent sens
conscience
confiance et force


17/06/2013

Traits loupe
grossissent l’instant
et donnent l’élan
au temps présent

***
Trait après trait
acte vivant
plein de foi
en la vie
malgré la vie
plein de toi


14/06/2013

Les traits doivent être très simples, tracés sans recherche, presque mécaniquement : « Heureux les pauvres en esprits… »

***
Un même format
une même matière
un même trait
concentration vers un seul point
qui ne se définit pas


13/06/2013

Une page remplie
et vierge à la fois

***
Les traits
dénudent
en cela ils épuisent
désespèrent
et sauvent en même temps

***
Les traits demandent une lente préparation.
Ils se confrontent à une longue liste de doutes, d’inquiétudes et de besoins.
Pour s’accepter tels qu’ils sont, nus, ils doivent franchir toutes les barrières posées sur la route.

***
Que se passe-t-il lorsqu’il n’y a plus de recherche, de projection, d’idéalisation?
Est-ce la mort?
Une nouvelle vie?


2/05/2013

Les traits
se tiennent sur une crête
une pointe aigüe parfois
cherchant la légèreté
pour ne pas s’empaler
par trop de pesanteur


5/04/2013

On ne peut agir que sur ce qui est là
on ne peut agir qu’en étant là où l’on est
donc être là
c’est la première balise
être là
sans vagabondages
dans ces respirations
mille fois répétées
mille fois semblables
semble t-il
être là
puis traverser la vie
et partout être là
être là partout
chez soi

***
Si devant les traits on ressent ce tranquille écoulement du temps, cet infini que nous portons en nous, alors c’est bien.
Si l’on ressent un espoir, une attente, c’est bien aussi.
Un espoir qui ne fuit pas le monotone.
Une attente qui a l’éternité devant elle.

***
Les traits sont un défi à ce qui en soi veut fuir.


début 2013

Traits présence
espace ouvert
sans limite

***
Traits présence
qui ne sont rien
pour être tout

***
Traits
sans lassitude
comme la vague
qui sans cesse
déferle sur le rocher

***
Sans l’autre
pas de vie
mais pour le trouver
les traits traversent
une profonde solitude

***
Les traits
un défi à l’entendement
à la raison
lorsque tout leur dit d’arrêter
ils continuent
absorbés en eux-mêmes


6/08/2012

Écrire
ancre
les traits d’encre

***
Un peu d’encre
une plume
du papier
et le sillon sans cesse
continué

***
De vie en vie
passe
un simple trait
relais
de l’une à l’autre
témoin
de l’une pour l’autre

***
Les traits esseulent
ce qui est seul
habitent
ce qui est relié

***
Rester debout
comme un trait
un trait bien droit
qui ne sait pas bien pourquoi
mais se tient là
bien droit


-/01/ 2009

Tracer les traits d’une façon répétitive
est l’acte le plus positif
qui soit

Énergie et abandon
sont nécessaires
avec une profonde confiance
en la vie

Les jours de dépression
l’exercice se révèle
impossible


19/02/2007

Au centre du paysage
un point dessiné
sous la loupe
le point devient
long défilé de traits

un vaste champ de traits


18/02/2007

Les traits tracés
avec l’idée du trait tracé
l’idée qui domine
et les traits continuent
à se tracer
et l’idée qui s’efface
petit à petit
l’idée du trait qui se trace
l’image de celui qui les trace
s’efface l’auteur
se tracent les traits

***
Les traits
révèlent
l’illusion
du personnage
qu’ils effacent

***
Les traits
ne se cherchent pas
ne se regardent pas
ils avancent
sans l’idée d’avancer
ils vont
sans savoir où


-/10/ 2006

Tracer les traits : s’arracher à la pesanteur, vaincre, pour un temps, notre fond de défaitisme, d’aquabonisme.
La contre-attaque de ce qui quotidiennement cherche à nous engloutir.


30/05/2006

Comme la goutte d’eau
sur son rocher
les traits au quotidien
percent la matière noire
de cette vie
jusqu’à toi


4/10/2005

Je trace des traits
pour tracer des traits
les traits ne demandent rien d’autre
que d’être tracés
pour eux-mêmes